17 juillet 2006

On n'arrête pas

Oui, ça fait un moment que je ne suis pas venue donner des nouvelles de l'avancement de nos réflexions sur l'aménagement républicain, mais me voici de retour avec un texte de choix : un extrait de ce qui sera peut-être l'introduction du livre que JF Champeaux veut éditer pour présenter l'aménagement de notre espace et toute la réflexion sur l'espace public qui nous y a amenés.

A vos commentaires...

"Chantepie a vu sa population tripler en vingt ans et son urbanisation s’étendre. En 2002, la municipalité décide alors de déplacer le centre-ville pour le recentrer : on prévoit la création d’une nouvelle mairie, avec sa place de la mairie, un centre culturel, des logements, des commerces... C’est presque une ville nouvelle qui va être créée à l’espace Saint Melaine. Du neuf sur l’ancien parc de Brault qui, un jour a accueilli une abbaye. Ce prétexte nous a conduit, M. Champeaux et moi, à réfléchir à l’espace public : a-t-il un sens, des fonctions, une symbolique ? Dans la réalisation de la Zone d’Aménagement Concerté, cadre juridique de l’aménagement de l’espace Saint Melaine, la réflexion sur les constructions a été menée avant celle sur l’espace public. Le bâtiment municipal et les logements sont déjà dessinés qu’on ne sait pas comment va être aménagé l’espace. Est-ce que les bâtiments ne doivent pas être conçus après qu’on sache comment sera le quartier, les rues, les espaces ? Nous habitons dans une démocratie, une République, et on nous parle sans cesse de citoyenneté, de droits et de devoirs, d’égalité des chances, de liberté d’expression... Mais de quoi le citoyen a-t-il besoin ? veut-il participer à la vie de la cité ? l’espace public lui permet-il d’être ce citoyen qu’on nous demande d’être ? Nous devons aménager des espaces publics dont une place de la mairie. Aurons-nous le culot de dessiner des espaces publics symboliques ? peut-on donner des formes aux notions républicaines de liberté, égalité, fraternité ? les matériaux doivent-ils écrire ou servir une histoire qui n’est pas encore racontée ?"

La suite arrive dès demain.

Posté par champeaux à 10:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur On n'arrête pas

    quelques éléments lancés en place publique

    Que souhaite le citadin/citoyen ? Se soucie t’il de l’espace public qui se trouve à coté de chez lui, ou qui sera érigé sous peu… C’est en effet une question pertinente et qui amène à me reposer la question de la position de l’urbaniste et du réseau de décisions dans lequel il est inclus et qui vise à définir l’image et le but d’un espace. On peut ainsi se poser la question de la conception de l’espace, pour qui, avec qui ? Doit-on le concevoir avec des visées symboliques, se nourrissant spirituellement de l’équipement principal de la place-la mairie- ? D’ailleurs comment matérialiser des concepts républicains mis à mal de nos jours et qui pourraient signifier des messages encourageants pour certains, seulement rageant pour d’autres. Autre question : peut-on créer un espace avec une telle assise locale comme un lieu lambda ? C’est en effet une position à définir. L’image de la place : peut-elle émerger d’une volonté citoyenne, en permettant à qui le veut de réfléchir à cet espace citoyen, suite à un travail avec les habitants de Chantepie ?
    En attendant la suite, bonne soirée.
    Julien

    Posté par Julien Grouiller, 13 novembre 2006 à 23:58 | | Répondre
Nouveau commentaire